Des cas de légionellose à Strasbourg – Faut-il s’en inquiéter ?

luxbiologie-controlesanitaire-legionellose-luxembourg-janvier2020

 

22 cas de légionellose et 2 décès à Strasbourg en décembre dernier.

Des chiffres qui peuvent inquiéter dans cette région appréciée et pas si éloignée du Luxembourg. Devons-nous paniquer ? Non bien sûr. Il ne s’agit pas d’une épidémie. La légionellose ne se transmet pas de personne à personne.

La contamination touche les voies respiratoires et se fait en général par simple inhalation d’eau contaminée diffusée en aérosol. Les personnes touchées sont en général des personnes affaiblies ou considérées à risque (fumeurs, diabétiques, individus immunodépressifs) qui ont été en contact avec l’eau « vaporisée » que ce soit sous forme de douche ou de brumisateur.

La  période d’incubation de la maladie est de 2 à 10 jours. Elle se combat avec un traitement antibiotique qui dans la plupart des cas s’avère efficace, plus encore s’il est administré rapidement.

Les systèmes d'alimentation en eau favorables au déploiement de la légionellose

La contamination provient des systèmes de refroidissement par voie humide de certaines installations industrielles ou des réseaux d’eau chaude. Les systèmes modernes d’alimentation en eau (les tours de refroidissement, les climatiseurs, les bains à jet, les bains à remous ou encore les canalisations d’eau chaude rassemblent les conditions idéales au déploiement de la légionellose.

A Strasbourg, de manière curative, toutes les installations collectives à risque de la préfecture, et plus particulièrement les tours aéro-réfrigérantes, ont été contrôlées et désinfectées complètement. Certaines ont été mise à l'arrêt préventivement, le temps pour les autorités sanitaires françaises de mener leur enquête et de trouver, courant janvier, la source du problème, une chaufferie de quartier.

Premières mesures de précaution

Les bactéries de type Legionella (les légionelles) prolifèrent à une vitesse extrêmement élevée dans des eaux stagnantes à des températures comprises entre 25 et 45°C. 

Il s’agit donc pour les gestionnaires de systèmes de distribution de l’eau (et pour chacun à la maison d'ailleurs), de faire régulièrement circuler l’eau dans les canalisations et de s’assurer le maintien de l’eau chaude dans des boilers à plus de 55° et même à 65° si l’occupation du bâtiment a été interrompue (vacances scolaires dans le cas d'une école par exemple). Il s'agit en parallèle de faire couler régulièrement tous les robinets et plus longtemps ceux qui n’ont pas fonctionné depuis plusieurs jours.

Avec d'autres mesures telles que le détartrage régulier des pommeaux de douche et des embouts de robinet, ces actions sont utiles. Mais elles ne sont pas encore suffisantes pour se prémunir du danger.

Intensifier et systématiser les contrôles préventifs de légionellose

Le grand nombre de cas récents de légionellose entraîne des contrôles de plus en plus systématiques et réguliers des canalisations et systèmes de distribution de l'eau. C'est une bonne chose. Les établissements à risque, ceux de santé, ceux qui sont ouverts au public ou qui hébergent des personnes se dotent maintenant d'un programme strict de surveillance. Notre laboratoire luxembourgeois de contrôle sanitaire Luxbiologie les aide dans ce sens et les encadre sur le long terme.

Les tests proposés par Luxbiologie permettent de réaliser une analyse complète de tout type d'échantillon provenant d'un réseau de distribution. Les analyses microbiologiques de l’eau de réseau et de recherche de légionelles réalisées par Luxbiologie sont accréditées OLAS selon la norme ISO/CEI 17025 - numéro d’accréditation 1/037 afin de garantir la fiabilité des résultats fournis.

Vous souhaitez vous rassurer ? Programmez une visite de vos installations avec l’un de nos experts ? Luxbiologie vous accompagne dans cette démarche. Contactez-nous par téléphone au +352 26 51 15 64 ou par mail à contact@luxbiologie.lu